Actualités - image d'illustration

OUI A LA CIGARETTE ELECTRONIQUE

12/11/2014

Sevrage tabagique et cigarette électronique : OUI !
Quelques données et chiffres qui interpellent

SEVRAGE :

70 à 80 % des fumeurs souhaitent s’arrêter mais n’y réussissent pas seuls.
Le fumeur, un cotisant qui ne devient pas vieux …Pensez qu’un fumeur est intéressant économiquement (paie des taxes sur le tabac, cotise toute sa vie professionnelle, a peu de chance de bénéficier de sa retraite du fait de son espérance de vie…) et cyniquement, sa cause intéresse moins !

NICOTINE :

La nicotine est sans effet nocif aux doses habituelles (moins de20 mg/ml), c’est le monoxyde de carbone qui est toxique notamment sur le plan cardio-vasculaire.
La nicotine est accessible sans ordonnance médicale, pou une durée maximum de 12 mois, autorisée chez le jeune à partir de 15 ans et durant la grossesse. Elle est autorisée chez le patient atteint d’affection cardio-vasculaire.
Le problème de la nicotine est sa capacité de rendre dépendant et son association avec des produits toxiques.
A noter dans la cigarette l’existence d’autres produits exerçant aussi une dépendance.
Attention plus la cigarette est légère ou ultralégère, y compris et surtout avec un filtre, plus la dangerosité est importante, car l’effort d’aspiration, les doses inhalées et la durée de séjour de la fumée dans les poumons est plus forte, pour satisfaire le centre de la drogue au niveau cérébral.
Les produits les moins dangereux sont les longs cigares pour lesquels on ne fume pas la partie proche de la bouche.


JEUNES :

La nicotine passe rapidement et de manière intense de la fumée, dans le sang puis au niveau du centre des drogues au niveau cérébral, ce qui explique une dépendance très précoce
La première cigarette, une expérience gustative qui pourtant n’est pas bonne… mais l’influence de l’exemple des adultes et de la pression du groupe est primordiale
Dès 11 ans …
Plus le début de l’intoxication tabagique est précoce (actuellement en fin d’école primaire ou en classe de 6°), plus les complications apparaîtront tôt, 15 années en moyenne plutôt que chez les fumeurs débutant vers l’âge de 20 ans (du fait de l’épuisement de l’épuration muco-ciliaire).
Depuis 1976 (loi Veil), de nombreuses mesures législatives et réglementaires ont été mises en place pour limiter la consommation de tabac des adolescents. Un collégien de troisième sur six fume quotidiennement et un sur deux a déjà expérimenté la cigarette. Une tendance que l’on enregistre aussi chez 13 % des élèves de sixième. Cette situation incite à agir car la précocité est un facteur de risque important pour l’installation durable des jeunes dans la consommation et la dépendance.
A 20 ans déjà, un jeune sur deux est fumeur de tabac et un jeune sur dix consomme régulièrement du cannabis
La fumée du cannabis est 5 fois plus cancérigène que celle du tabac, de ce fait l’âge de survenue des premiers cancers du poumon est avancé à 35 ans chez le fumeur à la fois de tabac et de haschisch


CANCER ET COMPLICATIONS :

Un fumeur de tabac vit en moyenne 7 ans de moins qu’un non fumeur
Un fumeur sur deux meurt à cause du tabac
Le cancer du poumon est la première cause évitable de décès, 10 fois supérieure aux décès liés à l’alcool
En France : 15 millions de fumeurs, fument environ 15 cigarettes par jour
Il existe 3 fois plus de complications chez ceux qui inhalent la fumée de cigarette
Pour le cancer du poumon : 10% seulement sont opérés et la moitié seulement est guérit, 90% sont non opérés et vont décédés de cette cause.
En France : 73 000 décès pour complications liées au tabac contre 3 500 décès par accident de la route
En France en 2005 : nombre de décès par cancer : 26 000 (poumon), 17 000 (colon), 11 000 (sein), 9 000 (prostate), 400 (thyroïde)
En France : 3 500 000 bronchite chronique obstructive post tabagique avec 40 000 personnes avec un appareil d’assistance respiratoire et 11 000 décès
Il existe 3 fois plus de risque de faire un Infarctus du myocarde chez le fumeur que chez le non fumeur


Place de la cigarette électronique

1 000 fois moins nocive que le tabac !
80% des fumeurs sont en attente d’une autre solution que celles proposées habituellement


AVANTAGES :

Pas d’oxyde de carbone toxique
Pas de risque de cancer
Peu de produits irritants (1 000 fois moins que dans la fumée de tabac)
Pas de bronchite chronique
Pas d’odeur sur vêtements et dans les pièces de vie
Moins coûteux que le tabac
Pas de risque d’incendie
Pas de problème d’élimination des mégots
Quasiment pas de prise de poids
Encore autorisé, à ce jour, dans les lieux publics


CHOIX IMPORTANTS :

Choisir des magasins de vente ayant pignon sur rue, ne vendant que ces produits, et délivrant un conseil (durée minimale 20 à 30 minutes)
Éviter les ventes dans des magasins polyvalents, sur Internet ou dans chez les Buralistes (défaut de conseil fréquent)
Éviter les cigarettes électroniques jetables
Choisir préférentiellement des marques françaises
Choisir une batterie de bonne qualité (de 650 milli Ampère à 1 000 milli Ampères)
Choisir une résistance de l’atomiseur au minimum de 3 ohm
Préférer, au début du sevrage ,le parfum « tabac »
Éviter le parfum « menthol » car contient des dérivés cancérigènes
Pour la fumée produite, éviter la Glycérine qui peut être de mauvaise qualité et qui peut contenir des dérivés toxiques

Choisir préférentiellement, une fumée avec le Propylène Glycol seul, voire un mélange Propylène glycol à 70% et Glycérine à 30%.
Le Propylène Glycol est non cancérigène, non embryo-toxique, non foeto-toxique, non toxique dans une pièce quelque soit sa teneur, rend une exposition quotidienne et répétée sans danger
Choisir une concentration de nicotine plutôt élevée au début, éviter de sous doser (Calcul de la dose : taux marqué sur paquet de cigarettes (expl 0.8 mg) x nombre de cigarette (expl 20) soit 16 mg)


PRECISIONS :

Le vapotage passif par l’entourage d’un fumeur de cigarette électronique, n’est pas nocif dans un lieu public. Cependant la présence de personnes susceptibles d’être angoissées par la fumée, compte tenu de leur propre pathologie (expl : asthme), peut entrainer une hyperventilation, voire une crise d’asthme, aussi son usage peut être limité.
Le vapotage peut inciter de jeunes personnes à fumer.


La cigarette électronique est une bonne aide à la baisse voire l’arrêt de la consommation de tabac.
Le but final reste le sevrage complet et durable.